Pourquoi être Zéro Déchet ?

La première fois que j’ai entendu le mot Zero Waste c’était en 2016 dans la bouche de Béa Johnson, grande prêtresse du Zéro Déchet lors de sa conférence à Brest. En une heure et demi, elle m’avait convaincu de me lancer dans ce nouveau mode de vie. Après 6 mois de tests plus ou moins concluants, j’ai réussi à adopter ce mode de vie sans perdre de temps et en réalisant des économies.

Le Zero Waste ou Zéro Déchet est un mode de vie basé sur une consommation qui limite la production de déchet jusqu’à ne plus en produire du tout. Le but du jeu (car il est nécessaire de prendre cela comme un jeu et non une contrainte), est de supprimer tout ce qui est jetable et à usage unique (emballages cartons, couteaux en plastique, …) pour ne garder des contenants durables (tissus, verres) et du contenu compostable, ou dans le pire, des cas recyclables.

Le Zero Waste n’est pas forcément un acte écologique. De nombreux pratiquants ne se considèrent pas comme écologistes mais plutôt adeptes d’un mode de vie sain, pratique et minimaliste.

Selon moi, il y a 3 avantages à devenir Zéro Déchets quand on est étudiant :

• Le Zero Waste permet de maîtriser sa consommation.

Ne plus vouloir produire de déchets c’est automatiquement supprimer les emballages ou tout contenant à usage unique (bouteille, sachets, etc.). Ainsi, on se met alors à acheter en vrac, soit dans les marchés, supermarchés bios, ou encore les supermarchés classiques qui proposent généralement un rayon vrac. Un des avantages du vrac, c’est qu’on peut acheter la juste quantité, ni plus, ni moins. On fait alors nécessairement des économies tout en luttant contre le gaspillage alimentaire car le Zéro Déchet permet d’acheter précisément ce dont on a besoin. Aujourd’hui, chaque étudiant jette environ entre 20 et 30kg de déchets par an soit l’équivalent de 150 euros par an.

En comparant mes dépenses alimentaires hebdomadaires avant le Zéro Déchet et après, selon un régime normal (omnivore), j’ai diminué de 35% mes dépenses en allant faire mes courses dans une Biocoop. Je pense qu’il est même possible de réaliser plus d’économie en s’approvisionnant dans un supermarché classique.

infographie_que-gaspille-on
• Le Zero Waste permet de se débarrasser du superflu :

Dans l’essence même du Zéro Déchet, on retrouve le concept de « Minimalisme ». C’est l’idée de réduire volontairement sa consommation et ses impacts pour se concentrer sur ses propres valeurs et passions. Loin donc de l’idée de vivre dans l’austérité ! Regardez autour de vous, dans votre appartement, dans votre chambre. Combien d’objets prennent la poussière, n’ont pas été utilisés depuis plusieurs mois/années car « on ne sait jamais » ou « ou j’ai une valeur sentimentale pour cet objets » ?

Un petit jeu tout simple consiste à prendre l’ensemble de ces objets, de les mettre dans un carton et d’attendre 6 mois. Si jamais vous n’avez pas ouvert ce carton, donnez le contenu car vous n’en avez pas besoin. Pour ma part, j’ai jeté l’équivalent de 3 cartons. Une fois débarrassé de tout ce superflu, vous allez redécouvrir toute la place libérée mais aussi le temps gagné car moins de ménage, moins d’entretien etc.

Ensuite, en réduisant votre consommation au juste nécessaire vous allez économiser de l’argent. Utilisez cet argent pour vous faire plaisir avec des concerts, des activités sportives, des voyages. Vivez des expériences, construisez des souvenirs !

minimaliste
• Le Zero Waste permet d’acheter mieux et durable

Comme expliqué précédemment, devenir « Zéro Déchet » ce n’est pas arrêter de consommer mais consommer moins et mieux car on achète des choses censés durer à l’épreuve du temps ou réparable. Devoir débourser plus pour un objet durable peut apparaître comme un inconvénient et donc frein à l’achat. Nous n’avons pas forcément le budget nécessaire et l’intérêt immédiat semble limité. Il est donc nécessaire pour passer cette étape de considérer l’achat comme investissement.

Prenons un exemple l’exemple des cotons démaquillants. Le magazine Madmoizelle a comparé l’achat de disques démaquillants jetables avec l’achat de disques démaquillants lavables donc réutilisables. Le magazine en conclut qu’annuellement, le prix des deux types de disques étaient similaires (20 euros/an). L’avantage d’acheter des disques lavables réside dans l’impact écologique (moins de fibre végétale, moins d’eau gâchée, moins de produits chimiques), l’aspect local (ils sont fabriqués en France) et surtout l’absence d’emballage plastique.

Évidemment, ceci est la théorie. Dans la réalité, il y a de multiple façon de vivre l’expérience « Zero Waste » : Vous pouvez rencontrer des personnes dont les déchets annuels ne tiennent que dans un bocal, d’autres personnes qui respectent ce mode de vie en s’offrant quelques exceptions, d’autres qui souhaitent changer seulement quelques habitudes. L’essentiel, c’est que cela ne doit jamais devenir une contrainte. Si en adoptant ce mode de vie, vous vous apercevez que cela vous fait perdre du temps, vous n’en voyez plus l’utilité, alors arrêtez, réfléchissez sur ce qui ne va pas, regardez d’un autre point de vue.

Dans mes prochains articles, je vous parlerai concrètement de la façon de passer au mode de vie Zéro Déchet en prenant en compte les problématiques suivantes : je n’ai pas de temps à perdre et je ne souhaite pas y laisser mon prêt étudiant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s